Un établissement de la fonction publique d’État en charge de la protection des jeunes mineurs

Le contexte 

Un centre de placement immédiat pour mineurs sous décision de justice est transformé en Centre Éducatif Fermé (CEF). De ce fait, les pratiques éducatives évoluent, le nombre de jeunes pouvant être accueilli augmente et l’effectif dédié au nouvel établissement est renforcé (doublement de l’équipe de professionnels répartie entre éducateurs, ATE, psychologue, professeur technique, direction, personnel administratif).

La demande 

Avant l’ouverture, des actions sont proposées aux professionnels pour trouver des modes d’organisation qui prennent en compte les modalités de l’accueil, de l’accompagnement éducatif en CEF et de la nouvelle dynamique de groupe imposée par le nombre de personnes affectées à la structure. Dans ce cadre, la demande concerne la mise en place d’une dynamique collective pour répondre aux missions des professionnels.

Notre intervention 

Mise en place d'un dispositif de travail de trois jours, associant l’ensemble des professionnels du CEF autour d’un objectif de production collective.

La première journée se centrait sur les processus de groupe à partir de mises en situation en appui sur les expériences des participants. Les mises en situation, l’analyse et les observations ont facilité la mise en évidence des concepts inhérents aux processus de groupe, tels que : statut, rôle, fonction, place, représentation, pouvoir, leadership, jeux d’alliance dans un groupe…

Les deuxième et troisième journées se sont centrées sur la production d’un semainier retraçant l’ensemble des temps et des activités (du réveil au coucher des jeunes accueillis) de la première semaine d’ouverture du CEF. Chaque participant était invité à prendre une place et un rôle différent dans les groupes de production, chaque activité prévue donnait lieu à un temps de négociation entre les groupes pour arriver à une décision commune.

En fin d’intervention, tous les plans d’action étaient repris pour identifier la répartition et l’organisation du travail et définir le « qui fait quoi ».

Les résultats 

  • Une meilleure compréhension des processus de groupe ;

  • Une approche par les places, les rôles et les statuts qui a permis l’initialisation d’une formalisation des règles de coopération entre les acteurs ;

  • Une nouvelle assurance pour l’équipe dans ses capacités à échanger, mener des projets collectifs, réguler les dysfonctionnements et les désaccords.