Une municipalité de 180 agents…

Contexte 

À la suite d’une demande des partenaires sociaux, la municipalité a mis en place une démarche de prévention des risques psychosociaux au sein de la collectivité. Un groupe de travail composé d’un représentant du personnel, du chef de service RH et de la coordinatrice des ressources internes a été constitué et la collectivité a également créé un pôle « santé au travail » avec plusieurs professionnels de la santé : médecin de prévention, psychologue du travail et ergothérapeute. La démarche de prévention entreprise a permis de mettre au jour les questions de mal-être au travail mais elle n’a pas été suffisante pour apporter des solutions garantissant un cadre de travail sécurisé et sécurisant.

La demande 

De nombreux conflits non dépassés, un absentéisme en hausse, des agressions physiques entre agents, une démobilisation des agents, un encadrement désavoué nécessitaient d’approfondir et d’élargir la démarche entamée.

Notre intervention  

Pour comprendre les situations de travail vécues par les agents, nous avons réalisé un diagnostic (analyse documentaire et 26 entretiens) qui nous a permis d’identifier les problématiques principales centrées sur les relations de travail et l’organisation formelle du travail.

Après des restitutions du diagnostic à l’ensemble des agents, deux groupes de travail ont été constitués à partir du volontariat des participants et de la représentativité des services.

Cinq jours par groupe ont été réalisés, alternant des mises en commun des deux groupes. L’animation portait sur la compréhension des phénomènes de dérégulation (consignes floues, contournement de la ligne hiérarchique au profit des élus municipaux, clientélisme etc.) et de l’importance d’un cadre de travail clair et connu de tous (consignes, personnes ressources, soutien hiérarchique etc.).

Les participants après analyse des notions au regard de leurs expériences de travail étaient invités à formuler des pistes d’action pour améliorer le fonctionnement de l’organisation.

La participation au Copil constitué en amont de l’intervention permettait un suivi et un ajustement si nécessaire du dispositif.

Les résultats 

  • La compréhension des effets d’un fonctionnement de l’organisation du travail dérégulé sur la santé et la productivité des agents ;

  • L’émergence de nouvelles règles collectives de coopération ;

  • La formalisation d’un cadre des relations professionnelles qui respectent la place, le statut et le rôle des acteurs (agent, encadrement, élus municipaux).